Collectif du Carcassonnais pour
une Gestion Publique de l'eau

 
 
 
 
L'agglo que nous voulons, c'est une agglo qui se mouille en créant une grande régie directe pour la gestion de l'eau et de l'assainissement. L'argent de l'eau doit aller à l'eau, pas aux actionnaires !  
Si vous êtes intéressés par le Collectif, allez sur le menu "Contact" pour nous adresser un mail.

26-10-2017

Droite et "gauche" se congratulent après la décision attendue : c'est à Suez qu'est déléguée la gestion de l'eau pour 76% des usagers de l'agglo.

Pour faire passer la pilule amère du rendez-vous manqué de la grande régie publique, l'article de l'Indépendant relate comment Régis BANQUET, président de l'agglo est dit avoir mené des "négociations très dures" ; dixit M. BANQUET lui-même : "Suez ne fait pas beaucoup de marge, c'est comme ça".

Les rapports annuels ne faisaient déjà pas apparaître beaucoup de marge - les délégataires sont très habiles dans cet exercice, difficilement vérifiable. On se demande comment Suez a pu les diminuer sans devenir déficitaire ! C'est beau la candeur. Si candeur il y a...

Le maire droitier de Carcassonne, Gérard LARRAT, ne tarit pas d'éloges pour le président de l'agglo, "de gauche". A travers cette phrase, tout est dit.


12 septembre 2017: une grande surprise !

Déléguer la gestion de l'eau aux multinationales pour plus des 3/4 des usagers de l'agglo, difficile de définir cette décision autrement que comme du libéralisme pur jus.
Et pourtant en ce jour de mouvement de protestation contre la casse du droit du travail, si vivement souhaitée par les chantres du libéralisme, qui est venu manifester ? Incroyable mais vrai, Monsieur Régis BANQUET, président de l'agglo de Carcassonne. Le même qui a déroulé un tapis rouge aux marchands d'eau. Est-ce que du coup le Collectif peut espérer un revirement, difficile à croire.
Le choix du délégataire devrait bientôt être annoncé. Cela ne devrait pas être la SAUR, Monsieur BANQUET ayant dénoncé publiquement le financement illégal du Front national par ce marchand d'eau. Alors tout Lyonnaise ? Un partage entre les 2 gros ? Suspense...


Juillet 2017 : l'agglo va choisir l'entreprise qui va pouvoir manger le gâteau de l'énorme délégation qu'elle a créée ; une pour l'eau potable, la même ou une autre pour l'assainissement.

Le nom des firmes qui ont été retenues dans la première étape ?
Quelle surprise, Suez, Véolia... et même la Saur. L'habituel tiercé gagnant, l'oligopole qui se partage le gâteau chaque fois que nos élus choisissent de ne surtout pas gérer eux-mêmes...

Une petite interrogation : comment l'agglo peut-elle retenir la Saur alors que le président de l'agglo a publiquement accusé cette firme de financer (forcément illégalement) le Front national ? Ce n'est pas gênant ? Où est la place de l'usager là-dedans ?


Après le vote sur l’eau au conseil communautaire du 22 février dernier, le Collectif du carcassonnais pour une gestion publique de l’eau vous informe à travers ce questionnaire…

La gestion de l’eau dans les 82 communes de l’agglo de Carcassonne
(les réponses sont en fin de questionnaire)
  1. L’agglo de Carcassonne a décidé de panacher les modes de gestion de l’eau : sur une partie du territoire, les firmes de l’eau continueront à intervenir ; sur une autre partie, c’est la régie communautaire. D’après vous, quel est le pourcentage d’habitants de l’agglo dont l’eau sera exploitée par une multinationale de l’eau et non par le personnel de l’agglo en régie directe ?
  • 24 %
  • 52 %
  • 76 %
 
  1. Qui a dit : « le contrat doit être attractif pour le délégataire » ?
  • le directeur local de Véolia
  • le directeur local de SUEZ Lyonnaise des eaux
  • le vice-président de l’agglo en charge de l’eau
 
  1. Pendant le conseil communautaire qui a voté le principe de la délégation sur une partie du territoire, le président de l’agglo a accusé publiquement un parti de « s’acoquiner » avec un délégataire pour en obtenir des financements. Quel délégataire ?
  • SUEZ Lyonnaise des eaux
  • Saur
  • Véolia
 
       Quel parti serait ainsi financé illégalement, toujours selon Régis BANQUET ?
  • le parti socialiste
  • l’UMP
  • le front national
  • le parti communiste
 
  1. Si un « marchand d’eau » finance un parti politique, l’argent provient :
  • de vos impôts
  • des actionnaires de la firme
  • de votre facture d’eau
 
  1. Quelles explications donneriez-vous au prix plus élevé quand la gestion de l’eau est privée ?
  • il faut payer les publicités
  • il faut rémunérer les actionnaires
  • le personnel est beaucoup mieux payé
  • il faut rémunérer des commerciaux
  • c’est le prix de la qualité.
 
  1. Le choix de maintenir une part de délégation se ferait au nom du « pragmatisme ». Le pragmatisme est-il une valeur :
  • de droite ?
  • de gauche ?
  • le pragmatisme n’est pas une valeur
 
  1. Seuls des élus de gauche choisissent un mode de gestion en régie :
  • vrai
  • faux
 
  1. Seuls les habitants de l’agglo dont l’eau sera gérée par Suez, Véolia ou Saur enrichiront des actionnaires :
  • vrai
  • faux
 
Les réponses :
 
  1. 76% des usagers profiteront au délégataire ; et si Villemoustaussou n’était pas passée côté régie sous la pression de son collectif local, ce serait 80% ! Mixité n’est pas parité !
Données reconstituées par le Collectif, car ces proportions n’étaient données ni dans les documents à l’attention des élus, ni dans ceux remis à  l’occasion de la Commission Consultative des Services Publics Locaux qui donne un avis sur le principe de la délégation. Cette « CCSPL » existe depuis une loi sur la « transparence de la vie publique ». A l’agglo, la transparence a des limites…
 
  1. C’est bien le vice-président en charge de l’eau, Roland Combettes, qui a dit cette phrase pendant le conseil communautaire, tentant de justifier un contrat d’une durée de 10 ans… On peut le rassurer, les délégataires seront sans aucun doute attirés par le contrat ! Ils se frottent déjà les mains…
 
  1. C’est la SAUR qui financerait illégalement le Front national, d’après Régis Banquet.
 
  1. Et l’argent fourni, si l’information est exacte, ne peut provenir que… des factures d’eau des usagers-clients de la SAUR.
 
  1. Non, le personnel n’est pas mieux payé, non, la qualité n’est pas meilleure. Tout le reste est malheureusement vrai.
 
  1. Le pragmatisme (tout comme le « réalisme ») n’est pas une valeur, c’est une excuse pour adopter la solution de facilité de la délégation. Pragmatisme et courage ne font pas bon ménage…
 
  1. Si des élus de gauche s’engagent dans des régies publiques au nom de valeurs de gauche (bien commun, partage et économie de la ressource…), beaucoup d’élus de droite s’y engagent pour des raisons purement économiques et/ou de qualité de gestion. On peut citer ESTROSI (métropole de Nice), BAROIN (Troyes), JUPPE (métropole de Bordeaux)... Elle a bonne mine, notre « gauche » locale d'être ainsi à la traîne !
 
  1. L’harmonisation étant prévue à terme, tous participeront ; de plus, en ne créant pas une régie plus importante, l’agglo ne fait pas les économies d’échelle qui auraient permis de répartir entre tous les usagers les coûts communs liés à la régie.

_____________________________________________________________________________________
Ce que dit le Collectif :
C’est une occasion ratée de faire baisser significativement le prix de l’eau sur tout le territoire ! Le seul levier envisagé, c’est la durée du contrat… Suivant une logique imparable : les délégataires pouvant s’enrichir pendant 10 ans seraient du coup plus enclins à modérer un tantinet leurs exigences. Alors que les usagers auraient pu espérer jusqu’à 30% de réduction de leur facture !

C’est un choix sans cohérence globale sur le territoire : pourquoi regrouper des communes, pourquoi donner à ce regroupement des compétences, si c’est pour en morceler la gestion ?

C’est un dévoiement de la loi créant les agglos et leur donnant des compétences obligatoires :
Le but, c’est de fédérer les moyens sur un vaste territoire pour être plus efficaces, alors pourquoi faire cadeau de cet atout à des firmes privées quand on pourrait se doter d’un outil géré par l’agglo ?
La démarche adoptée pour faire avaler la couleuvre a consisté à fâcher le moins de monde possible, avec les secteurs dont les maires étaient plutôt pro régie qui seront géré par la régie communautaire, et les grosses communes dont les maires sont fans des délégataires données en pâture aux firmes de l’eau. L’usager a tout à y perdre, et avec l’harmonisation progressive des tarifs, les habitants des communes où l’eau sera gérée en régie participeront comme les autres à l’enrichissement des délégataires. C’est la conception de la solidarité sur le territoire de l’agglo : tous solidaires pour enrichir les firmes de l’eau du CAC 40 !!!

 


Délibération approuvée : 6 millions de m3 seront délégués à des multinationales, soit les 3/4. Qui est gagnant ? Pas l'usager, voir ci-dessous...

Ce qu'on retient des débats, ce sont quelques perles :
- M. COMBETTES, vice-président en charge de l'eau : "il faut que le contrat soit attractif pour le délégataire"

- l'extraordinaire sortie du président Régis BANQUET, après qu'un élu Front national ait dit s'abstenir car on leur avait promis une cohérence de territoire avec une grande régie : le président s'est étonné de cette abstention alors que le Front national serait "acoquiné" avec la SAUR, et risquerait ainsi de perdre des financements pour son parti en s'opposant aux fermiers !!!

Ce qui revient à dire, en creux :
- que la délibération proposée est bien favorable aux multinationales, pour nous ce n'est pas un scoop
- que M. BANQUET, au moment où il décide de déléguer aux fermiers la plus grande partie de la gestion de l'eau de l'agglo, reconnaît que l'argent de l'eau ne va pas qu'à l'eau, mais aussi... par exemple dans les caisses du Front national.
Nous n'étions qu'observateurs, sans quoi nous aurions été tentés de lui demander qui émargeait à Véolia et à la Lyonnaise, le voyant si bien renseigné sur les pratiques des fermiers...

- notons l'intervention semble-t-il sincère du maire de Villemoustaussou qui vise la perspective d'une grande régie à l'issue des contrats, reconnaissant par là qu'il sait que c'est bien la bonne décision à prendre, malgré la présentation issue de l'étude qui prétend que "ça se vaut"

- enfin, notons le malaise exprimé par plusieurs élus : leurs conseils municipaux se sont prononcés pour la régie, ils se retrouvent dans une zone en régie... et ne peuvent pas voter contre par respect de la décision de leur conseil municipal.  Or ce n'est pas cette régie minimaliste qu'ils voulaient, c'est une grande régie sur tout le territoire! Et le vote ne leur proposait de se prononcer que sur une répartition public/privé guère différente de celle qui existe déjà.

En conclusion :

Sept ans de réunions et deux études coûteuses totalement inutiles !

Des contrats pour 10 ans de plus ! Tout ça pour ça !

LE COMBAT NE S'ARRÊTE PAS LA !



L'agglo vote ce mercredi 22 février. Rendez-vous à Alzonne à 14h !

Ce qui est mis au vote : une jolie carte divisant en 2 les communes et donnant l'illusion d'un partage 50/50 entre régie et délégation Mais vu le volume délégué, c'est en réalité 80% qu'il est proposé de laisser aux multinationales ! Par ici la bonne soupe ! Avec bien sûr les grands résistants, Carcassonne et Trèbes, qui gardent leur précieuse délégation. Leurs électeurs également usagers de l'eau s'en souviendront ! Et nous serons là pour le rappeler...
L'agglo s'interdit ainsi délibérement de baisser significativement le prix de l'eau. C'EST INACCEPTABLE, et les collectifs réunis sous le nom d'Aggl'EAU seront là pour montrer leur colère... et demander de surseoir à cette décision. Pourquoi pas une consultation citoyenne sur un sujet aussi important ?

Nos votes sont bons à prendre, mais notre voix ne mérite pas d'être entendue ????

Ce samedi, succès de la signature de pétitions sur le marché, on a dû à plusieurs reprises courir faire des photocopies !


La pétition est fermée, elle sera remise mercredi 22 février, avec les signatures recueillies sur le marché.
Le texte de la pétition  
:

POUR UN DEBAT PUBLIC SUR LA GESTION DE L'EAU DANS L'AGGLOMERATION DE CARCASSONNE

Non, nous ne nous contenterons pas d'un panachage régie / délégation laissant la part belle aux multinationales ! Le débat doit pouvoir avoir lieu, et les conseillers communautaires doivent pouvoir se prononcer pour ou contre une grande régie, malgré la résistance des maires de Carcassonne et de T

Un petit mot pour dire adieu à Henri Callat, qui malheureusement vient de décéder. C'est quelqu'un qui aura fait quelque chose de sa vie, tant dans les domaines politiques que culturels. Parmi tous ses engagements, il a participé à notre Collectif à nos débuts, car pour lui l'enjeu de l'eau rejoignait celui des droits humains, qu'il défendait ailleurs, comme au MRAP ou à RESF, en grand humaniste qu'il était...


Limoux fait des infidélités à la Saur,
pour se marier à la Lyonnaise

(info L'Indépendant 13-12-2016)

On n'attendait pas de miracles à Limoux, pas de régie à l'horizon, la couleur politique n'est décidemment pas un gage d'idées progressistes.
Sur l'agglo de Carcassonne, ce n'est guère mieux, car les infos glanées auprès d'élus et de représentants de l'agglo font craindre un statu quo sur Carcassonne et Trèbes qui garderaient "leurs" délégations, pour ne pas peiner des maires ayant beaucoup d'affection pour "leurs" délégataires. Pas la peine de transférer des compétences sur l'agglo, si chacun peut se cramponner à son pré carré...
On note tout de même au passage une petite info intéressante :
- à l'agglo de Carcassonne, M. BANQUET s'est exprimé sur la durée des contrats : 10 ans, il serait impossible de faire moins
- à Limoux, pourtant, c'est pour 7 ans que les contrats sont signés, alors même qu'il y a changement de délégataire.
Qui croire ?

Le Collectif écrit aux maires

Les conseillers communautaires devront se prononcer bientôt, nous avons souhaité, après la venue du représentant de France Eau Publique, leur communiquer un document produit par cette association (voir lien sur la page dédiée du site). Courrier envoyé à cet occasion :

Collectif du Carcassonnais pour une Gestion Publique de l’eau
14, rue de la Montagne Noire– 11000 - CARCASSONNE
 
                                                                                       Carcassonne, le 23 novembre 2016
 
Aux maires de l’agglomération de Carcassonne
 
Monsieur le Maire,
 
Nous avons le plaisir de vous adresser un document traitant du mode de gestion de l’eau. Peut-être n’avez-vous pas pu répondre à l’invitation de Régis BANQUET, président de l’agglo, à la réunion du 4 novembre dernier en présence de Christophe LIME, président de France Eau Publique, et d’un représentant de la FP2E. Aussi vous pourrez à travers ce document retrouver les éléments factuels que présente France Eau Publique sur la gestion en régie directe, à partir de l’expérience de ses membres. Rappelons que France Eau Publique est une association regroupant d’importantes collectivités gérant l’eau en régie directe. Ce choix a été fait par des élus de tous bords, montrant que les choix économiques peuvent parfaitement rejoindre des choix plus politiques, dans le sens noble du terme.  Et montrant également la faisabilité de l’opération, qui n’a pas à faire peur car les expériences de retour en régie ont toutes été positives, pour le prix comme pour la qualité du service.
 
L’agglo va bientôt soumettre au vote une délibération portant sur le choix du mode de gestion pour les années à venir. Notre Collectif se bat pour qu’il s’agisse de la création d’une grande régie sur l’ensemble du territoire.
 
La tentation est forte de céder aux maires des grosses communes, très attachés aux délégataires. Pour nous, ce serait une grave erreur, car l’intégration de Carcassonne et Trèbes permettra des économies d’échelle et des recrutements de compétences qui seront plus difficiles avec seulement des petites communes. Or les grosses communes ne sont pas les plus lourdes à prendre en charge, car les linéaires de réseau sont bien moindres  proportionnellement à la population desservie, ce n’est pas pour rien que les délégataires les visent prioritairement.
 
L’intervenant de France Eau Publique a rappelé deux choses importantes :
 
Rien n’oblige l’agglo à tout gérer de A à Z si elle ne se sent pas prête. Mais rien ne l’oblige non plus à s’engager sur une dizaine d’années de plus avec les délégataires sur les communes qui sont actuellement en affermage : comme elle l’a fait dans le passé, elle peut tout à fait s’appuyer sur les entreprises de l’eau pour une période de transition, mais à travers des marchés de prestations, qui ont le mérite de durer bien moins longtemps et d’être une étape dans la prise en main de la gestion par la collectivité.
 
L’autre point rappelé par Christophe LIME, c’est que France Eau Publique est là pour aider les collectivités qui se lancent dans un tel projet. Dès que la décision sera prise, une collectivité équivalente sera choisie au sein de l’association pour partager son expérience et aider notre agglo dans sa démarche. Et cela gratuitement.
 
Dans l’espoir que le document que nous vous adressons vous intéressera, nous vous prions de croire, Monsieur le Maire, en nos sentiments respectueux.
 
 
Le Collectif
 

4 novembre 2016
Une conférence de presse annonçant l'intervention de France Eau Publique devant les maires de l'agglo, rencontre obtenue de haute lutte par notre Collectif

(article de la Dépêche - 5/11/2016,
sous le titre "Gestion publique de l'eau, comment convaincre l'agglo)


Une interview de Christophe LIME par RCF,
à consommer sans modération :

https://rcf.fr/actualite/la-gestion-de-leau-privee-ou-publique


Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site